Musée de Contes

« Retour à l'accueil
« Retour à la visite guidée

Salle histoire

cartepostale.jpgDans cette salle une frise chronologique retrace les grandes étapes de l’histoire de la commune de Contes. 

Un moulage à l’identique de la pierre gravée du Castel, dont l’original est désormais conservé dans les réserves du Musée des Merveilles de Tende est exposé. Cette petite stèle a été utilisée au début du XVIIème siècle comme pierre de réemploi. Elle fut découverte le 14 septembre 1972 au cours de travaux dans la maison du Castel dans le vieux village. Elle était scellée dans l’entrée principale jusqu’en 2005. Il est difficile de la dater. Les gravures peuvent correspondre à des signes d’écriture ancienne mais peuvent aussi être l’œuvre d’un savant du XVIIème siècle.

L’histoire de la commune se déroule sur les murs à travers textes, extraits de documents d’archives et photographies anciennes.

Un peu d’histoire …

Perché sur un éperon rocheux, le village consistait un lieu idéal de surveillance de la vallée du Paillon et offrir éventuellement à sa population, l’abri de son castrum. De ce passé le visiteur découvrira de nombreuses traces lors de la visite du village : remparts, voûtes en berceau d’arêtes, fontaines, linteaux. Contes est sans doute l’un des plus vieux village de l’arrière pays niçois, mais son origine reste à ce jour incertaine : il est probable qu’il s’agisse au départ d’un oppidum ligure disposé sur le piton rocheux dominant la vallée, Lou Cuorn, place stratégique. Le village appartient à la catégorie des Castellum ligures. 

A cette époque, quittant le piton rocheux dénué d’eau, une partie des villageois s’installa dans la vallée du Paillon. L’oppidum ne fut pas abandonné pour autant mais conservé comme refuge pour les hommes et les animaux en cas de menace. 

A la fin du XVème siècle, le village de Contes s’était donc essentiellement développé sur la rive droite du Paillon. On y trouvait alors une église paroissiale et plusieurs moulins à huile. Le 9 octobre 1530, à la suite de pluies extrêmement violentes, une crue terrible du Paillon ravagea la vallée, formant un lac artificiel qui engloutit et ensevelit totalement sous plusieurs mètres de terre, de roches et de débris le bas-village, son église médiévale, ses moulins, détruisant incidemment les traces architecturales du Moyen-Age. 

La population se replia alors vers le Castrum. Une église fut reconstruite et reprit le vocable de Sainte-Marie-Madeleine. 

En 1700, la commune confirma sa seigneurie en se donnant le titre de « comtesse ». Elle connut un grand développement au XVIIIème siècle grâce à la construction de la route Nice-Coni. 

En 1792, le ralliement provisoire du comté de Nice à la révolution fut marqué par la révolte des Barbets. 

En 1860, le rattachement du comté de Nice à la France fut voté à l’unanimité. La commune qui comptait 1600 habitants connut alors un essor remarquable. Le village fut désenclavé grâce à l’arrivée de la première route carrossable jusqu’à Contes, puis la Vernéa et enfin Sclos.

Aujourd’hui avec ses 7200 habitants, sa zone d’activités économiques, ses produits du terroir, Contes, chef lieu de canton, au cœur de la communauté de communes du Pays des Paillons, est l’une des principales communes de l’arrière pays niçois.